Introduction à la neurologie kazarsse

Cet article est une réponse à une polémique initiée il y a quelques temps par un confrère dont je préfère taire le nom. Il évoquait, pour reprendre ses mots, « l’intelligence supérieure des Kazarsses ».

Qui n’a jamais été surpris par les traits d’esprit de ces indigènes ? J’ai moi-même souvent été bluffé par leur habilité à battre un adversaire humain lors d’une partie de Royauté. Comme le dit le proverbe, « lorsqu’un Kazarsse perd, il a toujours un coup d’avance ». Mais comment des créatures primitives vivant dans des sociétés tribales peuvent-elles posséder de telles dispositions ? Il parait difficile de concevoir que ces êtres puissent bénéficier d’une quelconque supériorité quand on sait la rapidité avec laquelle ils ont été réduits en esclavage. De la même manière, la répugnance de ces gitans des mers à utiliser des armes à feu ne plaident pas vraiment en faveur de capacités cognitives supérieures à la normale…

La Science permet aujourd’hui d’expliquer l’origine de ces facultés intellectuelles prétenduement stupéfiantes. Grâce aux
 recherches menées par le département neurologie de l’Université de Saviola ces dix dernières années, la communauté scientifique a 
admis que les Kazarsses sont pourvus de deux « cerveaux ». 
L’un est situé sous la boite crânienne, l’autre se trouve au niveau de la colonne vertébrale, vers les lombaires : il s’agit de 
l’organe de Lucinius. En réalité ce terme de « cerveau » prête à confusion.

Le tissu organique logé dans le crâne est comparable au cortex humain, bien que l’hémisphère de la logique soit particulièrement développé, d’où l’adage affirmant que les hommes-iguanes ont toujours « un coup d’avance ». Différentes expériences confirment 
la suprématie des reptiles dans les jeux de réflexion. Mais cette hyper-spécialisation obtenue au cours des 
millénaires semble s’être réalisée au détriment d’autres régions du cerveau. 
Les homme-iguanes prennent souvent au premier degré nos plaisanteries et éprouvent des difficultés à comprendre 
les sous-entendus. Ceci est le signe évident d’une incapacité à appréhender certaines abstractions propres à
 l’Homme.

L’autre organe, placé au niveau de la colonne vertébrale, vers la zone des lombaires, gère les 
fonctions instinctives. Ceci explique pourquoi les homme-iguanes disposent de réflexes fulgurants supérieurs à la 
normale.

Toutes ces remarques ne doivent pas faire croire au lecteur que le Kazarsse n’est qu’un être de logique. D’une part,
 la culture des homme-iguanes est largement basée sur des croyances animistes en rapport avec un hypothétique monde des esprits invisible. 
D’autre part, sur le plan biologique, ces reptiles sont soumis, en de très rares occasions, à des crises de frénésie incontrôlées : ce que 
l’on appelle communément « la rage noire ». Pendant longtemps, les scientifiques ont admis qu’il s’agissait d’un 
phénomène purement psychologique. On pensait que les individus Kazarsses étaient tellement inhibés par leur logique qu’il 
avaient parfois besoin de se livrer à des pratiques violentes pour canaliser leur frustration. Les chercheurs ont
 désormais la conviction que le phénomène est essentiellement psychophysiologique pour une raison très simple : lorsqu’un homme-iguane 
succombe à cette pulsion, ses yeux deviennent noirs. La preuve d’un dérèglement hormonal qui se 
produit en l’espace de quelques jours, causé par un choc émotionnel intense.

En définitive, ces recherches fort intéressantes, si elles ont le mérite d’expliquer certaines dispositions propres à ces reptiles, ne remettent pas en doute la 
supériorité de la race savolienne tant nos cultures sont éloignées. L’intelligence n’est pas qu’une affaire de réflexes ! En 
l’espace de quelques millénaires seulement, l’Homme a découvert la vapeur, et sa civilisation est bien plus complexe que la structure sociale rudimentaire de ces indigènes. Toutefois, l’étude de ces primitifs nous permet de mieux comprendre nos origines, lorsque nous survivions dans une nature hostile.

Le mieux que nous puissions souhaiter à ces esclaves, c’est qu’ils reconnaissent les bienfaits de la civilisation. Cela paraît, hélas, encore difficile à imaginer pour le moment compte tenu de leurs capacités.

Publié on août 29, 2015 at 6:55  Comments (2)  

2 commentairesLaisser un commentaire

  1. Monsieur, je viens de tomber sur votre article. Je suis consterné par l’importance que vous donnez à ces primitifs. Je pense que la finesse à la Royauté que vous semblez leur prêter est à mon sens dû à la chance et non à une aptitude particulière démontrable. Quant à souhaiter leur émancipation prochaine, je ne sais pas dans quel monde vous vivez, mais voilà une idée bien farfelue pour ne pas dire dangereuse ! Je pense être le porte parole de la majorité silencieuse qui aimerait que des coupes franches soient effectuées dans vos rangs. Plus je suis au fait de vos parutions et les idées que vous y distillez et plus je me dis que je protègerais ma descendance de vos élucubrations et vos fantasmes. Pour finir, Monsieur, sachez que je m’en vais me plaindre à qui de droit à la Capitale ! Je ne vous souhaite pas le Bonjour !

  2. Hé bien, monsieur Lourd-Patte semble avoir la légèreté d’esprit évoquée par son patronyme, avec un raisonnement digne des Rois-Tyrans si vous voulez mon avis ! l’Astre Floral éclaire sans discernement tous les êtres de raison du Royaume des Mers Turquoises, il serait temps de s’en inspirer pour traiter les hommes-iguane avec plus d’égards. Merci à l’auteur pour cet éclairage scientifique dénué de préjugés fanatiques !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :