Star Wars VII : le Réveil de la Force (attention, nombreuses révélations)

Par souci d’honnêteté, je voudrais clarifier brièvement mon rapport à Star Wars. Fan absolu de la saga pendant les années 80, j’ai été moins enthousiasmé par les épisodes I, II et III. Je m’attendais à ce que George Lucas commence directement sa « nouvelle trilogie » avec un Anakin adulte, et donc des films plus sombres. Attention, je n’ai pas détesté la Menace Fantôme (j’adore Darth Maul, Ewan McGregor et Liam Neeson), je trouve même qu’entre 1999 et 2005 la prélogie a monté en puissance (si on oublie l’histoire d’amour champêtre de l’Attaque des Clones, franchement ridicule).

Des années plus tard, j’ai été surpris par le rachat de Disney, et consterné par la mise en chantier d’un nouveau Star Wars. Pourquoi réaliser un septième chapitre alors que Darth Vader est mort à la fin du Retour du Jedi ? Pour une grande histoire, il faut un grand méchant. Par la suite, je me suis montré peu emballé par le premier trailer avec le sabre laser couteau suisse et…

sabre

… refroidi par l’annonce de la suppression de l’univers étendu, univers dans lequel j’ai joué des parties de jeu de rôle mémorables.

universetendu

Et puis est venu LA bande-annonce, celle avec Solo et Chewbacca, qui vendait du rêve.

Du coup, j’ai décidé de me rendre au cinéma sans attente particulière, même si secrètement l’espoir de voir un bon Star Wars grandissait en moi. J.J. Abrams a-t-il réussi son pari ? Ma réponse va être compliquée.

Si on considère que le metteur en scène devait absolument revenir à la source de la trilogie et respecter la continuité des épisodes IV, V, VI, alors dans un premier temps on peut répondre que oui. Tout y est : une planète désertique, un droïd recherché par des stormtroopers, un adepte du Côté Obscur masqué, le Faucon Millenium, une étoile de la mort, les scènes de QG de l’Alliance Rebelle la Nouvelle République… Nombreux sont les éléments qui rappellent la Guerre des Etoiles : un nouvel espoir. Et inutile de dire que la moindre apparition d’Harrison Ford à l’écran donne le sourire. Mais après une première partie rondement menée, doucement s’installe l’impression qu’on est en train de visionner un remake de l’épisode IV, un peu comme si Abrams avait été écrasé par la responsabilité de donner une suite à la trilogie mythique de George Lucas. Ce qui était jugé comme une force se transforme en faiblesse tant Abrams, dans la seconde partie, peine à se détacher de ces monumentales références pour construire sa propre histoire. À vouloir être trop respectueux, Abrams ne prend aucun risque dans son récit fan service, véritable relecture de l’épisode IV : donc une planète désertique, un droïd recherché par des stormtroopers, un adepte du Côté Obscur masqué, le Faucon Millenium, une étoile de la mort… et un sacrifice héroïque comparable à celui d’Obi Wan Kenobi, mais tout bonnement incompréhensible : BON SANG, MAIS POURQUOI TUER SOLO ? Dans l’épisode IV, le vieux Kenobi mourrait pour mieux accompagner Luke dans son apprentissage de la Force (« si tu me terrasse, je deviendrais bien plus puissant que tu ne pourrais jamais l’imaginer »).

Dans l’épisode VII, ce suicide programmé ne présente pas d’intérêt, car Solo n’est pas un Jedi. Certes, le contrebandier désirait sauver son fils, mais cette mort constitue  un aveu de faiblesse de la part de scénaristes en quête d’émotion, conscients qu’une troisième attaque d’une deathstar n’est guère originale… Le réalisateur de Star Trek le sait pertinemment, et se trouve dans l’obligation de se livrer à de la surenchère : un Stormtrooper se bat avec l’équivalent d’un sabre laser… ce qui ôte pas mal de prestige et d’utilité à l’arme mythique des Jedi. Pire : n’importe quel débutant peut le manier sans difficultés comme le montre le duel final. De la même façon, fallait-il à nouveau faire exploser une étoile noire encore plus dévastatrice que les précédentes ? C’est d’autant plus étrange que l’Empire était moribond à la fin du Retour du Jedi. J.J. Abrams semble vouloir impressionner à tout prix le spectateur, au risque de tomber dans des incohérences : un apprenti Jedi a besoin d’un maître pour réellement dompter la Force, comme le prouve le lent apprentissage de Luke dans les épisodes IV et V. Ici, cette initiation se déroule en l’espace d’un film, sans l’aide d’un mentor, comme l’illustre ce fameux duel final franchement surréaliste.

 Le rythme est très rapide, au point où les protagonistes se retrouvent presque toujours facilement… alors que l’univers est vaste ! Toute cette surenchère est inutile car l’émotion est présente : revoir Han Solo, Chewbacca, la princesse Léïa ou l’amiral Akbar est un régal, et les jeunes acteurs sont vraiment bons, mention spéciale à Daisy Ridley, très naturelle, et John Boyega. Il est également agréable de découvrir que certains éléments de l’univers étendu sont réutilisés, notamment Ben Skywalker et son passage au Côté Obscur. Hélas, dans une bonne histoire il faut obligatoirement un antagoniste de haut niveau. Et là, ce que je craignais s’est réalisé : personne ne peut faire oublier un méchant de l’envergure de Darth Vader. Ironie du sort, je suis fan d’Adam Driver, assurément un grand comédien. Malheureusement, malgré tout son talent, il ne dispose pas d’un personnage suffisamment bien écrit pour imposer son charisme.

Reste un épilogue émouvant, qui donne le sentiment que Star Wars VII est un bon film… ni pire ni meilleur que les épisodes I, II et III. Je ne ressens pas de déception car à la fin de la Revanche des Sith, j’ai compris qu’il était parfaitement impossible de dépasser l’Empire Contre Attaque, un chef d’oeuvre de Cinéma. Capitaine Achab des temps modernes, George Lucas a été lynché pour son désir obsessionnel de s’éloigner des épisodes IV, V et VI au point de les mutiler, et il y a fort à parier que J.J. Abrams sera à son tour détesté pour avoir singé son maître.

Tout ça pour dire que ce n’est pas une raison pour bouder son plaisir… à condition d’accomplir le deuil nécessaire. Aujourd’hui j’ai passé un bon moment, mais rien ne remplacera jamais LA trilogie originelle. Lucas peut dormir sur ses deux oreilles…

 

EDIT : j’ai oublié de parler de bande-originale, ce qui n’est guère étonnant étant donné qu’elle ne m’a pas marqué… C’est très rare que je sois déçu par John Williams, qui s’est surtout contenté d’utiliser d’anciens thèmes, alors qu’il avait composé des partitions magnifiques pour la Menace Fantôme (« Duel of the fate ») et les épisodes II et III. À croire que ce septième opus ne l’a pas spécialement inspiré…

 

Published in: on décembre 16, 2015 at 4:35  Comments (41)  
Tags:

The URI to TrackBack this entry is: https://escroc-griffe.com/2015/12/16/star-wars-vii-le-reveil-de-la-force-attention-nombreuses-revelations/trackback/

RSS feed for comments on this post.

41 commentairesLaisser un commentaire

  1. pas d’accord avec toi Capitaine : concernant la mort de Han, je pense au contraire qu’elle nous révèle la force réelle et la particularité de ce nouveau méchant : il a assimilé la roublardise de son père, ce qui fait de lui un être plus retord que Vador et ça permet aussi de comprendre comment il a pu abuser Luke

  2. Certes, mais je trouve dommage que Solo meurt si facilement, après tout ce qu’il a traversé : il se fait tuer bêtement. Comme tu le dis si bien, c’est un être retord, mais du coup le dernier acte du contrebandier est pour moi du suicide pur et simple. Et en plus je suis triste, snif (bruit de reniflement).
    Bises ! 🙂

    • Moi aussi, je suis triste, mais je trouve que cette scène en dit très long sur le genre de méchant qu’est Ben, plus dans le genre du Maitre (à la John Smitt, mais sans le charisme de playboys- ce que je trouve couillu dans cet univers hollywoodien où photoshopé) après si Solo en réchappait dans ce contexte on crierait à la facilité. Il aurait pu le tuer sans lui jouer cette scène et c’est pour ça qu’elle est d’autant plus importante : c’est un passage de niveau, le fils a battu le père à son propre jeu

  3. Ouais, mais c’était vraiment trop vite expédié pour moi, la scène méritait vraiment d’être développée : quitte à être retors, il aurait pu très bien faire mine de le suivre et tenter de tuer tout le monde. Là, Solo se jette vraiment dans la gueule du loup, Ben n’a aucun mérite à l’abattre 🙂 Enfin, c’est mon ressenti, forcément c’est toujours très subjectif 😉

    • Ben ne peut pas tirer de mérite à abattre son père : il peut user de la Force pour le contrôler. Le seul mérite qu’il peut en retire c’est de l’avoir à son propre jeu et c’est ce qu’il fait. J’ai d’abord pensé qu’il allait les suivre, mais trouvai ça trop facile, donc je soupçonnai déjà que c’était en vu de les trahir ( un scénario classique, vu et revu, j’aurais été déçue) ce choix et scènaristiquement meilleur, même si … snif
      de plus, il fallait que Han passe la main, où alors il aurait volé la vedette aux nouveaux héros, qui sont très sympathiques et dignes de leurs ainées

      • Et sinon tu as aimé la musique ? Je trouve que sur ce volet, John Williams ne s’est pas foulé 😦 Beaucoup d’anciens thèmes, mais très peu d’innovation comme « Duel of faith » sur la Menace Fantôme (le choeur à la fin pendant le combat entre Darth Maul et les Jedi, splendide). C’est bien la première fois que je suis « déçu » par John Williams (même si les anciens thèmes compensent).

        • J’ai été trop prise par le film, pour me poser la question 😉

  4. Bon, pas encore vu le film. Mais je n’aurais pas du venir lire ton article ! 😭

    • Argh, mais pourquoi ??? J’avais prévenu dans le titre qu’il y avait des révélations en plus !!! 😦 😦 😦

      • 😉Bah, ce n’est pas bien grave en même temps, ce n’est que du cinéma !

  5. Quoi? On a osé faire mourir Han Solo?

  6. Je te sens bien déçu, Amiral ;)… Ben moi, j’ai beaucoup aimé. J’ai retrouvé la fraîcheur des débuts, j’ai ri, beaucoup, je me suis retrouvée bouche-bée (ce pauvre Faucon, ce qu’il prend …^^), j’ai trouvé BB8 tout mignon, j’ai beaucoup beaucoup aimé Rey : une vraie héroïne pêchue, courageuse là aussi qui n’attend pas qu’on la sauve. Et j’ai bien aimé les deux nouveaux rôles masculins, sympas et drôles (et beaux mecs, ça ne gâte rien LOL).J’ai adoré revoir les anciens, bref, je me suis régalée. Et tant pis pour le scénario un peu/beaucoup ressemblant à l’épisode IV. Finalement, l’épisode IV à l’origine était un film sans prétention avec une histoire toute simple. C’est l’Empire contre-attaque qui a renversé tous les repères et qui est un pur chef d’oeuvre. Donc j’attends aussi de voir ce que sera l’épisode VIII mais là je suis très contente de ce premier opus. (rien à voir avec ma consternation à la sortie de la Menace Fantôme…)

  7. Ah mais je ne te rassure, je n’ai pas été déçu 😉 J’ai passé un bon moment, franchement. Je n’ai jamais détesté la Menace Fantôme, d’ailleurs. Mais voilà, pour moi cet épisode VII reste un bon film, sans plus. C’est déjà ça 🙂

    • Oui, c’est aussi l’effet d’attente incroyable sur ce film qui déclenche les passions. Je crois qu’un tel stress autour d’un film n’a existé sur aucune autre franchise. Je me mets à la place de Kathleen Kennedy, JJ Abrams et L Kasdan. Les pauvres, ils ont dû avoir du mal à dormir…

  8. C’est clair ! 😀 Après, je pense aussi que c’est pour ça qu’il y a une telle hystérie autour de ce film qui est un bon divertissement, mais certainement pas le chef d’oeuvre dépeint par les médias et les fans en manque de Star Wars… L’Histoire (du Cinéma) jugera 🙂

    • Il y a également un point qui m’a particulièrement gêné : la technologie, qui n’a pas évolué en 30 ans ! Ce sont toujours les mêmes chasseurs X Wings, alors qu’entre l’épisode IV et VI, en l’espace de quelques années l’Empire développe le TIE interceptor, et quantité de nouveaux véhicules. Pareil du côté rebelle avec les B Wings, visibles dans le Retour du Jedi. La Nouvelle République ressemble comme deux gouttes d’eau à l’Alliance Rebelle, à croire que le temps est figé. Pour le coup ce n’est pas très cohérent, je trouve, et c’est là qu’on voit qu’Abrams n’a pas osé rompre l’effet « nostalgie » pour rester dans une atmosphère « épisode IV ».

      J’espère juste que le futur épisode VIII ne sera pas un copier-coller de l’entraînement de Luke sur Dagobah avec Yoda…

      • C’est le risque, en effet. J’en parlais hier avec un fan hard-core de mes connaissances, et ce film est un peu un reboot du premier. Un peu comme le film Star Trek de JJ Abrams (le premier qu’il a réalisé, je ne me souviens plus du titre), que j’ai beaucoup aimé. Bon, comme tu diras, on verra. Maintenant je ronge mon frein en attendant la saison 2 de Daredevil (baaaave).

        • Et moi donc ! 😀

      • Là-dessus, je ne peux pas te rejoindre. La technologie n’a pas évolué en 30 ans ? Si. Les X-wing ne sont pas identiques à ceux du IV. De même que les Tie.

        Et oserais-je une comparaison ?

        Nos Mirage 2000, loin d’être à la retraite, sont entrés en service en 1984. Il y a 31 ans.
        Et visuellement, il y a plus de différences entre les X-Wing VII et les X-Wing IV qu’entre un Mirage 2000 et un Mirage 3, qui eux sont entrés en service au début des années 60. Il y a plus de 50 ans donc…

        • Pas faux, je suis d’accord avec ton raisonnement. Mais je crois qu’il y a tellement peu de prise de risque dans ce film que cette évolution ne se ressent pas assez à l’écran, à tous les niveaux, du moins c’est que j’ai ressenti. D’où cet effet bizarre d’univers « figé »…

  9. J’ai la même sensation que toi : un reboot beaucoup trop proche du premier jusque dans ses détails : la cantina, etc.

    J’ai vu cette manque de prise de risque très regrettable comme, soit un cahier des charges trop stricts des donneurs d’ordre (Disney), soit de la volonté de tout ancrer dans des canons maitrisés par tous pour s’en éloigner dans les VIII et IX.

    Il y a des éléments prometteurs pour la suite, à voir ce qu’ils en font :
    un méchant qui est clairement jeune et débutant dans son rôle de Jedi obscur. D’accord avec toi sur le fait que se faire tenir tête par un stromtrooper est un peu ridicule, mais c’est intéressant de le voir comme un méchant en quête de reconnaissance et de progression.
    A voir d’ailleurs ce que va donner son alter ego. Le jeu général ambitieux est impressionnant. Son discours grandiloquent de facho suprême lui donne une envergure un peu plus impressionnante que Peter Cushing dans l’épisode IV.

    Donc , comme toi, je trouve que le scenario colle beaucoup trop à celui du IV mais il y a pas mal de jalons posés pour s’en éloigner et faire une suite d’une autre trempe.

    A suivre…

  10. Bonjour Guillaume,

    Comme tu dis, à suivre, en espérant que les épisodes suivants soient plus enthousiasmants.

    Avec trois jours de recul, j’ai déjà moins envie de revoir cet épisode VII (ce n’est jamais bon signe), qui n’est qu’un gigantesque clin d’oeil à la filmographie de Lucas… Pas de duel au sabre laser emblématique comme dans les épisodes I et V, pas de bataille spatiale à couper le souffle comme dans le Retour du Jedi ou la Guerre des Etoiles… On peut vomir sur la Menace Fantôme, toujours est-il que le duel avec Darth Maul avait de la gueule. Là, à part la dernière minute qui est très belle, je n’arrive pas à trouver LE grand moment de ce film. La mort de Solo se voit venir à des kilomètres, et pour moi, dès le moment où le méchant enlève son casque pour la première fois, la magie n’opère plus. Je n’aime pas la scène où il fait une crise de nerf adolescente « en cassant sa chambre » à coups de sabre laser… ni l’idée qu’un stormtrooper qui ne maîtrise pas la Force lui résiste ne serait-ce qu’une seconde lors d’un duel au sabre laser ! On parle quand même d’un duel entre un Stormtrooper et un ancien élève de Luke Skywalker, bordel ! 🙂

    Du coup, la prélogie est pour moi réévaluée. Mon classement final des meilleurs Star Wars : V, IV, VI, III, II, I et VII.

  11. Je rejoins entièrement l’avis de Dominique ! Si je dois avouer avoir été un peu moins convaincue pendant la première grosse demi-heure, le reste a été à la hauteur pour moi. J’ai lu quelques critiques depuis et je dois dire que globablement, JJ Abrams a rempli son pari. Osé, cela dit mais je crois que comme dans toute saga, il y aura toujours des gens qui préféreront les premiers opus à la suite, voire même qui les décrieront à grands renforts de théorie et d’arguments comme dans certaines critiques (pas la tienne, je te rassure). Car même si tu pointes certaines faiblesses, tu laisses la porte ouverte et c’est ce que j’apprécie dans tes retours !
    Cela étant, je trouve que certains partis pris, certains choix scénaristiques sont osés, comme la mort d’Han Solo, Rey et sa maîtrise rapide de la force, qui n’est pas sans rappeler le principe de l’élue pour moi (qui devait être Anakin dans un premier temps et qui s’est révélé finalement devenir un autre). Je crois que dans le chef de Kylo Ren aussi cela démontre toute la monstruosité, la haine du personnage (et j’ai lu dans une critique l’adolescent boutonneux… hm hm, il a quasi mon âge mais bon ^^ certains grands critiques devraient revoir leur copie !). Même si certains moments du film peuvent être appréhendés voire anticipés, le résultat est là pour moi. C’est vrai que certains peuvent avoir l’impression que c’est comme un reboot, moi je le vois davantage comme un miroir (et puis finalement, ce n’est que le reflet de l’Histoire, elle se répète souvent !). J’ai hâte de voir la suite, meme s’il faudra patienter !

    • Content que tu vois le verre à moitié plein et que le film corresponde à ce que tu attendais, sincèrement 🙂 Oui, je laisse la porte ouverte car j’ai lâché prise avec Star Wars, au pire je pourrais toujours me revoir la trilogie originelle, peu importe les suites 🙂

      Pour Kylo Ren, je crois de toute façon qu’on est tous, moi compris, dans le subjectif. En ce qui me concerne, dès qu’il enlève son masque, ça ne le fait pas du tout. C’est vrai que l’acteur n’est pas un ado, mais je crois que comme pas mal de critiques, je n’arrive pas à m’enlever de l’esprit la scène dans laquelle il saccage à coups de sabre laser la pièce dans laquelle il se trouve. Sale gosse ! 😀

  12. Quelques très belles scènes dans ce film, mais comme tu le dis pas mal de surenchère. Mine de rien, la nouvelle république s’est faite one-shot par ce First Order. D’ailleurs, je n’ai pas compris la politique dans l’univers, quels étaient les camps ? Pourquoi s’appeler la Résistance quand la République existe visiblement ?

    Pour la mort de Han, elle était nécessaire. Le p’tit Ben est un raté,qui n’arrive pas à la cheville de son grand-père et qui n’arrive pas à totalement embrasser le côté obscur. Sans ce meurtre il serait resté plat, tandis que là d’un coup il prend de la consistance et entame l’ascension dans le club des méchants dignes de ce nom. La mutilation de Rey (que j’ai eu envie d’appeler Jaina tout du long…) continue cette transformation. Lui manque plus qu’à apprendre l’escrime…

    • (Hein? la mutilation de Rey? J’ai du m’assoupir pendant le combat final de sabres lasers… j’ai raté quelque chose? elle s’est fait découper quoi/comment?!)

    • Je te rassure, personne n’a vraiment compris cet univers, la faute à un texte introductif dans le générique particulièrement pourri (plein de répétitions avec Luke, visiblement Disney avait peur que les gosses ne pigent rien…). Visiblement, il faut lire les nouveaux livres qui remplacent désormais l’Univers Etendu, sauf que du temps de l’épisode IV, ce n’était pas le cas, le film se suffisait à lui-même.

      Effectivement, le petit Ben peut être perçu comme un raté, et je crois que c’est ce que je ne supporte pas, le manque d’envergure de l’antagoniste principal.

  13. Pour ma part, j’ai trouvé que le film était un très beau spectacle. Côté scénario, en revanche, comme tu l’as souligné, cela manque cruellement de créativité, malgré quelques bonnes intentions et des décors absolument sublimes.

    Tout comme Dorian Lake, j’ai beaucoup de mal avec la politique de l’univers: trois factions dont deux alliées: Résistance-République vs Premier Ordre. La différence entre les deux alliées me parait maigre, et le fait que la Générale Organa soit dans la Résistance plutôt que la République me laisse dubitatif. Pourquoi pas, supposons qu’en 30 ans, il se soit passé plein de choses pouvant l’expliquer.

    Ce qui m’a le plus laissé dans l’incompréhension, c’est quand Rey et Leia se jettent dans les bras l’une de l’autre pour se consoler du décès de Han, à la fin. Heu… Si j’ai bien suivi le film, elles ne se sont pas croisées une seule fois auparavant, non? Ne se connaissant pas, pourquoi un tel élan, alors que la princesse aurait du préférer consoler le wookie?! Après tout, Rey a été capturée avant que les héros ne soient retrouvés par les Résistants.

    À moins que Leia ne reconnaisse en Rey sa nièce disparue. Bah oui: il ne manque au final que l’ultime réplique de Luke, celle où il tend la main vers Rey et lui dit « Je suis ton père… », pour compléter un tableau scénaristique des plus pauvrement inspirés.

  14. Pour Chewbacca, tu as mille fois raison, beaucoup de gens ont souligné cet aspect. Effectivement, je crois que l’un des problèmes majeurs, ce sont les 30 ans qui se sont écoulés ! Du coup, dans le film tout le monde semble connaître les méchants et l’univers… sauf nous, ce qui est extrêmement frustrant car on a loupé quantité d’événements. A ce niveau, le film est complètement what’s the fuck.

  15. Ps : Je rejoins les avis précédents qui s’émeuvent du côté nébuleux de la situation politique de l’univers. Je n’ai rien pigé, et c’est dommage car du coup on perd énormément d’enjeux dans la « grande » histoire. Or SW n’est pas seulement le récit de destins individuels mais bien un combat entre l’oppression/la liberté, etc. de peuples entiers.(voir la fin de l’épisode VI avec l’explosion de joie dans toutes les planètes). On aurait bien eu besoin d’un recul pour avoir un plan large des forces en présence.

  16. Coucou JS, je suis venue à la recherche de réconfort, tu parles d’un deuil à faire, moi j’avais envie de pleurer de déception en sortant. C’est drôle parce que beaucoup de gens autour de moi qui disent que c’est le meilleur des stars wars… Et pourtant, j’ai été super bon public pour toute la nouvelle trilogie que j’ai accueillie avec enthousiasme même si elle ne pouvait surpasser les premiers épisodes mais qui avait le mérite d’avoir de vraie nouvelles inventions. Mais là…. Je suis allée de déception en déception. La seule chose qui m’a semblé indispensable pour donner du corps à tout ça, c’est effectivement le meurtre de Han Solo, parce que là, si son fils était redevenu gentil pour régler son conflit interne, y avait plus qu’à faire jouer Mickey et Minnie dans les prochains épisodes ! Tu le dis , c’est un remake des autres, c’est clair, mais si condensé et si grossier que franchement, on a l’impression qu’ils ne se sont même pas donnés la peine d’écrire une histoire. Mais le pire pour moi c’est qu’il y a plein d’incohérences que même mes filles de 11 et 8 ans ont remarquées. Alors oui, déjà, qu’ils se retrouvent aussi facilement dans un univers si vaste, mais aussi, comment ils ont trouvé la faille de la nouvelle planète des méchants (je me souviens plus de son nom) ? Au début c’est Finn qui leur dit, mais en fait ce n’est pas vrai, il ne connaissait pas vraiment la faille, il travaillait dans les poubelles et dit qu’il n’est venu que pour sauver Rey. Alors comment ils ont fait pour trouver? Et puis comment ça se fait que tout le monde a oublié que Dark Vader était devenu gentil à la fin du film ? Et puis aussi R2D2 pourquoi il se réveille à la fin pile poil pour les besoins du film alors qu’il a dormi tout le long du scénario ? Bref, il y a tellement de choses qui m’ont semblé incohérentes, que même en voulant être bon public, je n’ai pas pu apprécier un seul instant. J’étais limite en colère par la caricature faite d’un monument du cinéma comme si les générations actuelles ne méritaient pas quelque chose à la hauteur de ce que nous, nous avons connu. Mais bon, tu as peut-être raison, il y a sans doute un deuil à faire… Mais un sacré deuil, alors. 😦 Et pour l’instant, je n’y arrive pas.

  17. Ah oui, j’ai oublié de préciser, c’est Sylvia (Ayaquina) :p

  18. Coucou Sylvia,

    Comme je comprends ta déception 😦 J’avoue qu’au fil des jours, ma propre position s’est de plus en plus durcie en ce qui concerne ce film. Passé la joie régressive de retrouver un univers et des personnages attachants, effectivement les failles scénaristiques m’ont sauté aux yeux. Tu as raison de souligner les incohérences et autres facilités, la bataille finale préparée en quelques secondes avec le fameux point faible de rigueur (il va falloir que « l’Empire » arrête de construire des étoiles de la mort, ils ont quand même passé 30 ans dessus, quel gaspillage d’argent…), la défense de la death star pas du tout à la hauteur… Pire, on se fiche éperdument que des planètes aient été annihilées, et pour cause, on ne les connait même pas. Ce qui me gêne aussi au niveau émotionnel, c’est l’absence de la Force, un comble vu le titre du film… Où sont passées les scènes intimistes et philosophiques qui donnaient des frissons dans l’Empire Contre-Attaque ? Le lent apprentissage d’un maître auprès de son apprenti, c’est le coeur de la philosophie Jedi. Cette spiritualité fait cruellement défaut dans l’épisode VII.

    Si tu as le temps, je te conseille vivement d’écouter ce podcast des anciens de la revue « Mad Movies », qui se livrent à une discussion autour de l’épisode VII : https://soundcloud.com/nocine/star-wars-le-grand-spoil

    C’est violent, mais je trouve qu’ils résument parfaitement ce qui ne va pas dans ce long-métrage.

  19. Merci beaucoup pour le lien, je vais aller écouter 🙂 Et oui, s’il y avait plus d’émotion ou de réflexion de fond, on oublierait plus facilement les failles scénaristiques. Ce serait déjà ça 😉

    • C’est clair 🙂

  20. Pour ma part je l’ai trouvé sympathique malgré un rythme infernal (nécessaire mais un peu usant) et si j’ai un peu tiqué sur les références (sympathique si on en abuse pas). Mais je ne m’attendais pas vraiment à plus, je doute de toute façon qu’on puisse égaler l’émotion des 4-5-6 (surtout quand on les a vu ado comme moi, ça marque tellement que rien ne peut jamais faire mieux).

    Sinon j’ai eu les mêmes doutes sur la musique mais elle est assez riche finalement si on l’écoute hors film. Je crois qu’elle est juste un peu maltraité à l’écran…

  21. Tu analyses plutôt finement les choses et je suis bien contente de ne pas lire que des avis positifs sur ce film qui au final m’a bien déçue aussi. Bon certes j’ai passé un bon moment cinéma, les combats spatiaux sont absolument géants (ceux au sol par contre m’ont exaspéré, tout le monde tire dans le tas et personne ne tue personne ou presque, en tout cas les héros passent miraculeusement entre chaque balle). J’ai adoré aussi revoir Han Solo (sa fin était tellement prévisible que cela ne m’a même pas touchée par contre) et Princesse Leïa. J’aime toujours cet univers, ces planètes si différentes avec leurs personnages atypiques ….. mais quel dommage toutes ces répétitions des autres épisodes, notamment le IV …. du coup aucune surprise, beaucoup de sensation de « déjà vu » …… Quant aux nouveaux personnages, j’ai beaucoup aimé la jeune Rey, mais sa façon d’apprendre à la vitesse de la lumière comment devenir Jedï est juste du grand n’importe quoi, j’ai bien aimé aussi la conception du soldat qui trahit le Premier Ordre et déserte …. au moins cela leur donne un peu d’humanité (quoique j’avais toujours pensé qu’ils étaient formatés comme des robots et incapables de la moindre prise d’initiative) …. par contre Kylo Ren m’a juste semblé pitoyable, mais en même temps le choix de l’acteur n’est pas si mauvais, il traduit la vulnérabilité du personnage qui n’est pas sûr de son choix mais j’avoue avoir ri dans ma tête lorsqu’il a retiré son masque tellement je ne m’attendais pas à ça.
    Bref, je ne me suis pas ennuyée mais pour autant mon bilan est très mitigé aussi ….

  22. Effectivement, en temps normal j’adore cet acteur de « Girls », mais le pauvre n’y peut rien, la caractérisation de son personnage est un naufrage… Je partage totalement ton ressenti quand tu écris « très mitigé », et je pense du coup que cet effet est décuplé par le fait qu’il s’agisse de Star Wars. Tu vois, ce qui est marrant, c’est qu’à l’époque de la sortie des « Gardiens de Galaxie », je n’avais pas hésité à comparer ce long-métrage à Star Wars tant j’avais aimé ce qui était proposé à l’écran, et je m’étais demandé si je n’avais pas été excessif. Avec le recul, je me rends compte que cette folie, cette audace, c’est ce qui a manqué à cet épisode VII, contrairement à ce que laissait entendre la promesse de la bande-annonce…

  23. […] part, ce réalisateur n’a pas compris ce qui faisait l’âme de Star Wars et Star Trek, deux franchises mythiques extrêmement différentes, qu’il a massacrées pour […]

  24. […] dernière, j’ai vécu un véritable traumatisme cinématographique avec Star Wars VII. Passé le plaisir éphémère de retrouver Han Solo et Chewbacca, la déception l’a […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :