Valérian et la cité des mille planètes

Résultats de recherche d'images pour « Valerian Pearls »

J’ai toujours entretenu un rapport amour-haine avec le cinéma de Luc Besson. Si dans les années 80-90, j’ai visionné en boucle Subway, le Grand Bleu, Nikita et Léon, par la suite j’avoue avoir été de plus en plus déçu par ses autres œuvres : pour moi le Cinquième Élément était inégal, et Jeanne d’Arc franchement raté. Au cours des années 2000, je me suis peu à peu détaché de ce cinéaste, constatant que le producteur avait dévoré le réalisateur pétri de talent qu’il était autrefois. En 2013 j’ai quand même laissé sa chance à son Malavita, bien mal m’en a pris : je me souviens avoir quitté la salle au milieu de la projection. Ce ratage m’a ôté toute envie de voir Lucy…

C’est donc non sans une certaine crainte que je me suis rendu hier soir à l’avant-première de Valérian et la cité des mille planètes, surtout après que des journalistes américains aient descendu le film. Gosse, j’étais fan de la bande-dessinée de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières, et je rêvais d’un long-métrage français à la hauteur de ce monument de l’imaginaire.

Valérian mérite-t-il ces critiques aussi négatives ? Pour moi, la réponse est clairement non. Les premières minutes sont, je pèse mes mots, absolument géniales avec notamment un passage jouissif : l’histoire délirante de la cité des mille planètes, suivie de la séquence poignante sur Mül. Le film de Luc Besson est un hommage vibrant à la culture space opera dans ce qu’elle a de plus exotique : là où Star Wars VII échouait à proposer de nouvelles races extraterrestres mémorables, quelle générosité dans Valérian ! Avec une maestria digne du premier volet des Gardiens de la Galaxie, le cinéaste français n’a de cesse de révéler des créatures toutes plus impressionnantes les unes des autres, que ce soit les fermiers Poulong ou les nombreux robots de la cité des mille planètes.

On a l’impression de découvrir un monde foisonnant de vie qui dépasse largement ce que l’on voit sur l’écran, un univers qui a fortement influencé George Lucas. Le Watto marchand de la Menace Fantôme rappelle les Shingouz… eux aussi commerçants, mais c’est loin d’être la seule analogie.

Capture d’écran 2017-07-26 à 01.22.20.png

Capture d’écran 2017-07-26 à 01.24.46.png

Je le reconnais volontiers, le film n’est pas exempt de défauts : des dialogues banals, un scénario classique, deux héros pas très charismatiques… pourtant, je trouve le french bashing de certaines critiques américaines profondément injuste, surtout quand on se livre à une comparaison avec les sorties de cet été : il y a mille fois plus d’audace et de créativité dans Valérian que dans la suite des Gardiens de la Galaxie et la majorité des Marvel (même si j’ai aimé dernièrement Spiderman Homecoming). N’est-ce pas le comble du cynisme que de s’acharner sur une œuvre qui présente le mérite de ne pas être une suite, un remake ou une préquelle ? Si ce long-métrage peut sembler bizarre, c’est tout simplement parce qu’il nous sort de la zone de confort plutôt lisse imposée par Hollywood et Disney. Avec un ton décalé, parfois satirique, le réalisateur tourne en ridicule les consommateurs d’un supermarché virtuel qui rappelle furieusement Amazon. Véritable bad boy, Valérian n’hésite pas à tirer le premier avec un panache que n’aurait pas renié Han Solo dans Un nouvel Espoir. Il y a de la fraicheur dans cette aventure, mais aussi des vrais moments de cinéma : la séquence du night club dans laquelle on découvre une Rhyana hallucinante, la poursuite aquatique avec un Alain Chabat transformé en pirate…  Si la narration comporte des maladresses, le film est emprunt d’une telle sincérité que pour ma part je suis prêt à tout lui pardonner.

Au-delà du débat sur les qualités et les faiblesses de Valérian, c’est l’avenir même d’un cinéma de genre français à gros budget qui est conditionné par la réussite de ce long-métrage. Un échec au box-office condamnerait durablement d’autres productions de ce type, et conforterait les producteurs de l’hexagone dans leur volonté de ne financer que des comédies franchouillardes comme Bienvenue chez les ch’tisProfs et autres films de Danny Boon/Kev Adams/Christian ClavierUn blockbuster doit-il être forcément américain ? Comme pour Arès que j’avais chroniqué ici, je vous conseille de ne pas écouter les critiques négatives et de vous forger votre propre opinion à propos du space opera  » le plus magique et féérique que j’ai vu ces dernières années, une expérience inoubliable sur grand écran » . Ce n’est pas moi qui le dit, mais Peter Jackson lui-même…

Published in: on juillet 26, 2017 at 9:39  Comments (20)  

The URI to TrackBack this entry is: https://escroc-griffe.com/2017/07/26/valerian-et-la-cite-des-mille-planetes/trackback/

RSS feed for comments on this post.

20 commentairesLaisser un commentaire

  1. Merci pour ce très bel article, vous m’avez convaincue !!

    • Merci à vous de l’avoir lu ! J’espère que ce film vous plaira 🙂

  2. Eh bien j’avoue que tout le tapage médiatique ne me donnait pas du tout envie d’aller le voir mais ton article et les sublimes images que tu as trouvées pour l’illustrer me tentent… Enfin, ce sera quand j’aurai fini tu sais quoi. 😉 Bisous ! 😎

    • Hâte d’avoir ton avis 😉 Courage ! Bises.

  3. Si c’est aussi mauvais que le Cinquième Elément qui avait été une trahison du matériaux il rendait hommage…. Les images sont belles, le scénario par contre venant de Besson.

  4. Le scénario n’est pas le point fort du film, mais l’univers en revanche… Il est magnifique, très respectueux. C’est vraiment ce qui m’a le plus intéressé dans ce film.

  5. Les États-Uniens ont sas aucun doute du mal dès qu’un film vient marcher sur leurs plate-bandes ! Ils ont aussi du mal à reconnaitre que la BD européenne est tout aussi talentueuse (voire plus) que la leur. Ils ont sans doute pu voir combien Lucas s’était inspiré (je n’ai pas parlé de plagiat) des BD de Christin et Mézières pour Star Wars ! Bref, sans doute plus de la « jalousie » qu’autre chose.

    Je précise que je n’ai pas vu le film et que je ne suis pas spécialement fan de Besson (pour dire, je n’ai jamais vu le Grand Bleu) 😀

    Mais que peut-être j’irai voir ce film, parce que j’ai beaucoup aimé la BD (sauf peut-être les derniers volumes un poil décevants)

    • Je pense que tu as raison, peut-être un peu de jalousie de la part de certains journalistes… Tant pis pour eux ! Hâte d’avoir ton avis en tout cas, d’autant plus que tu es un fan de la BD ! 😊

  6. Je suis complètement d’accord avec toi sur le parcours de LB ; perso, j’ai voulu faire un effort en allant voir Lucy… quelle déception, mais quelle déception ! Bon, ton article qui m’apparaît objectif me donne envie de faire encore un effort. Parce que pour tout dire, je ne me fie plus guère aux critiques officielles, que je trouve toutes « téléguidées »
    Petite digression : je n’ai pas lu ton article sur Arès, mais j’ai vu le film, et je confirme, c’est de l’excellent cinéma, qui n’a rien à envier aux USA.

    • Ah un fan d’Arès, c’est cool ! 🙂 Je t’avoue que je n’ai pas osé aller voir Lucy, j’ai tellement d’amis qui m’en ont dit du mal, je te crois sur parole… J’ai le même feeling que toi en ce qui concerne les critiques officielles, j’ai beaucoup de mal. Après, Valérian n’est pas le film du siècle, mais avec le recul je continue à dire que j’ai passé un excellent moment, notamment grâce au bestiaire extra-terrestre. Ca faisait longtemps qu’on avait pas vu autant de créatures au design réussi sur un grand écran 🙂 N’hésite pas à me faire ton retour !

  7. Bravo pour ta chronique mais en visualisant la bande annonce, j’avoue n’être pas du tout emballée par ce film…

  8. Vu les critiques je pensais vraiment que ça serait nul mais en fait non. Le film n’est pas sans défaut (les personnages sont creux, Valérian est à baffer et il manque l’émotion qu’on pourrait trouver dans un Star Wars justement). Mais l’intrigue est correcte (pas révolutionnaire mais y’a quelques bonnes trouvailles) et visuellement c’est vraiment superbe. Un blockbuster correct donc (ce qu’on a pas souvent l’occasion de dire pour un film français xD).
    (et essaye Lucy sur petit écran à l’occasion, ça fait un bon film du dimanche soir : c’est pas le film du siècle mais y’a quelques idées intéressantes)

    • Il est clair que ce n’est pas la daube intersidérale dénoncée par certains médias, dommage que ces critiques manquent à ce point de recul. Comme tu dis, un blockbuster correct 🙂

  9. Je suis tout à fait de ton avis sur ce film : j’ai passé un super moment, et franchement je souhaite à Valérian de faire un gros succès et j’espère des suites. Perso, je ne trouve pas le scénario nul. Il est bien moins creux que nombre de films de super-héros qui du reste commencent à me fatiguer. (quoique, Wonder Woman est l’exception). Je l’ai vu en français, je pense qu’on doit gagner à le voir en anglais, car le doublage est pas terrible (moi qui aime les films de l’époque classique où les acteurs savaient articuler, ça m’énerve un peu)

    • Oui, belle surprise que Wonder Woman ! C’est vrai que les films de super-héros commencent à être indigestes, même si Spiderman Homecoming était très drôle, soit dit en passant.

  10. Une très bonne surprise pour ma part, alors que je m’attendais au pire. Un bon moment de Space Opera, à des lieues de la mélasse que nous sert Disney depuis la reprise de Lucas. Dur de croire que c’est du même réalisateur que Lucy, que j’avais trouvé vraiment mauvais. Je ne comprends pas du tout le bashing.

    • Pareil, je trouve ce bashing incompréhensible, et franchement de mauvaise foi. C’est triste de rejeter un film parce qu’il ne rentre pas dans des cases… 😦


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :