Tolkien

Il y a des films qui sont de véritables cris d’amour, des oeuvres qui vous donnent l’impression d’être dans l’esprit d’un artiste. Après Dans l’ombre de Mary (la genèse de Mary Poppins) et Neverland (l’histoire de l’auteur de Peter Pan), il faut désormais compter sur ce poignant Tolkien, biopic qui retrace la jeunesse d’un poète hors du commun passionné par les langues et les arbres. Un écrivain à la lente maturation, dont les premières années n’ont été qu’une succession de deuils : le départ de l’idyllique campagne de Sarehole, et surtout la perte d’une mère aimante à l’imagination débordante. Il y a une mélancolie tangible dans la vie de Tolkien, un désir de rêver à tout prix, malgré la fumée des usines, les horreurs de la guerre et une société édouardienne qui étouffe ses poètes. Dans un univers si matérialiste, écrire devient un acte de résistance, une forme de courage qui n’a de sens qu’au sein d’une communauté fraternelle de jeunes artistes qui rêvent ardemment de changer le monde.

Quand on a lu le Seigneur des Anneaux, on ne peut qu’être ému par les subtiles références aux sources d’inspiration de Tolkien : son bougonnant mentor, spécialiste des langues anciennes nordiques, qui n’est pas sans rappeler Gandalf lorsqu’il marmonne des mots incompréhensibles, l’héroïque Sam qui va accompagner Tolkien dans les tranchées du « Mordor » et, bien sûr, Edith, sa muse elfique, sa Lúthien.

Seul petit regret : l’absence de C.S. Lewis, l’auteur du Monde de Narnia, qui fut un ami proche de Tolkien, mais qu’il ne rencontrera qu’en 1926, ce qui explique sa disparition dans le biopic.

Tout comme Frodon, Tolkien reviendra de la guerre, mais il existe des blessures invisibles dont on ne guérit jamais. Histoire d’amitié bouleversante, mais aussi magnifique romance à la résonance actuelle, Tolkien est un film définitivement lyrique, l’hommage d’une époque révolue, quand les derniers chevaliers, sabre au poing, furent terrassés par les impitoyables mitrailleuses du monde moderne.

Heilheimer !

Published in: on juin 26, 2019 at 11:56  Comments (7)  

The URI to TrackBack this entry is: https://escroc-griffe.com/2019/06/26/tolkien/trackback/

RSS feed for comments on this post.

7 commentairesLaisser un commentaire

  1. Ohlala!!! Mon côté elfe avait déjà très envie d’aller voir ce biopic, mais là… ton article me fait dire que je DOIS le voir! Merci pour ce retour 🙂

    • Je t’en prie ! J’espère que ce film te plaira 😉

      • Merci! Je ne me fais pas trop de souci à ce sujet 🙂

  2. Pour ma part, j’ai été plus mitigée sur ce film. Je l’ai trouvé très académique sans grande originalité dans sa construction. En plus, les néophytes ne trouveront pas forcément leur compte car ils passeront à côté des petites références. J’aurais voulu aussi voir Lewis ! En revanche, la musique était superbe et la prestation des acteurs également.

    • C’est vrai qu’il est un peu académique. Désolé que tu n’aies pas totalement adhéré !

  3. […] Tolkien, par Escroc-griffe […]


Répondre à Escrocgriffe Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :