Un été années 80

Me voici de retour après un mois de, hum… de…

IMG_6102

IMG_6101

 

… de vacances.

Après quasiment deux ans de corrections éditoriales passés sur ma trilogie, j’ai également profité de cet été pour me ressourcer et lire quelques grands ouvrages de l’imaginaire comme Chien-de-Heaume, de Justine Niogret, primée aux Imaginales. De la fantasy atypique comme je l’aime, avec un personnage féminin peu commode et… laid. Que ça fait du bien quand une auteure tord le cou au cliché de l’héroïque guerrière sexy ! Rien de tout ça dans ce roman à l’univers extrêmement réaliste et, il faut bien le dire, quelque peu désespéré.

J’en ai aussi profité pour regarder LA série de cet été, les oiseaux se cachent pour mourir Stranger Things.

Stranger Things.jpg

A Hawkins, en 1983 dans l’Indiana. Lorsque Will Byers disparaît de son domicile, ses amis se lancent dans une recherche semée d’embûches pour le retrouver. Dans leur quête de réponses, les garçons rencontrent une étrange jeune fille en fuite. Les garçons se lient d’amitié avec la demoiselle tatouée du chiffre « 11 » sur son poignet et au crâne rasé et découvrent petit à petit les détails sur son inquiétante situation. Elle est peut-être la clé de tous les mystères qui se cachent dans cette petite ville en apparence tranquille…

J’ai adoré l’ambiance Goonies, les références au Amblin des années 80 façon Steven « E.T » Spielberg, mais il serait dommage de réduire Stranger Things à un simple hommage cinématographique. Il y a aussi beaucoup de Stephen King dans cette série, notamment grâce à une belle histoire d’amitié qui fait immédiatement penser à Stand by me et Ça… sans parler de l’intrigue principale, qui fait elle aussi référence à un roman particulier du maître de l’horreur (que je ne peux dévoiler sous peine de déflorer l’histoire). Toujours en matière de séries, je vous recommande chaudement le magnifique documentaire humaniste Cosmos, mais aussi The Expanse, une série hard science ultra-réaliste. Dans The Expanse, l’Humanité a conquis Mars et une ceinture d’astéroïdes dans laquelle l’eau et l’oxygène sont des ressources payantes… ce qui n’est pas sans créer des tensions avec la Terre. J’ai aimé l’ambiance « roman noir » de cette série, entre Blade Runner et Total Recall.

Puisqu’on parle d’oeuvres cultes des années 80, impossible de passer sous silence la série Ash vs Evil Dead, qui n’est ni plus ni moins que la suite de la mythique trilogie de Sam Raimi, avec Bruce Campbell himself !

Ash-vs-Evil-Dead.jpg

Un régal d’humour (et de mauvais gout).

Au cinéma, je n’ai pas compris la polémique autour du casting féminin de Ghosbusters. SOS Fantômes est pour moi un film drôle, attachant et rafraîchissant, féministe, avec pas mal de nouvelles idées (ah, les armes !), et bien plus intéressant que quantité d’autres remakes, à regarder au dixième degré pour la prestation hilarante de Chris « Thor » Hemsworth qui n’a pas peur d’égratigner son image de sex symbol pour incarner… un secrétaire écervelé source de fantasmes. Cerise sur le gâteau, le film est adoubé par les acteurs originaux, que demande le peuple ?

Et que dire de l’autre polémique de l’été, le Bon Gros Géant ? Certes, ce n’est pas le meilleur film de Steven Spielberg, loin de là, mais l’auteur de l’excellent Pont des espions prouve qu’à presque 70 ans il est encore capable de réaliser des films naïfs emprunts d’innocence destinés aux enfants, sans cynisme. Les adultes amateurs des films d’animation à double lecture en seront pour leurs frais et c’est peut-être, à mon sens, ce qui a déstabilisé la critique qui a qualifié ce film de « pire Spielberg » (pour ma part ça serait plutôt Lincoln, si ennuyeux qu’il m’a donné envie de m’immoler par le feu pendant la projection. Steve, ne me fais plus jamais un coup comme ça).

Bon, je vous rassure, je ne suis pas devenu une feignasse je travaille également sur mon quatrième roman. J’aurai peut-être l’occasion d’en discuter de vive voix avec vous puisque je serai avec les Corsaires de l’Écosphère en dédicace à plusieurs salons : le livre sur la Place à Nancy (week-end du 10-11 septembre), et les Aventuriales de Ménétrol les 24 et 25 septembre.

J’espère que vous avez passé également de bonnes vacances, et si ce n’est pas le cas, je vous souhaite une bonne rentrée. À bientôt !

The URI to TrackBack this entry is: https://escroc-griffe.com/2016/08/31/un-ete-annees-80/trackback/

RSS feed for comments on this post.

6 commentairesLaisser un commentaire

  1. Je n’ai pas vu « Les Oiseaux se cachent pour mourir » en série TV, mais le roman, lui est àmha un très bon livre, très noir, sur la condition de la femme en Australie dans la première moitié du 20ème siècle. Colleen Mc Cullogh n’avait pas peur des sujet dérangeants. Bref, un roman que je recommande (peut-être pas en lecture d’été…).

  2. Je fais le malin, mais je dois t’avouer que mine de rien, enfant je regardais la série avec ma grand-mère (ah Richard Chamberlain, il y a pas à dire, les années 80 c’était quand même la classe !). Merci pour ton retour, un jour qui sait je me plongerai dans cette lecture 🙂

  3. On a vu les mêmes, j’ai adoré ! (sauf le BGG, pas encore eu l’occasion…) Mention spéciale à Stranger Things 🙂

    • Génial 😀 ! Heureux que tu aies apprécié cette belle série 😉 Je suis de plus en plus fan de Netflix…

  4. […] Oui… – Et c’est même vous qui nous avez aidé cet été à chasser des Pokémon dans la rue ! Bien sûr, tout était vrai. Ils habitent en face de chez moi ! Incroyable, non […]

  5. […] ce long-métrage, basé sur une nouvelle de Ted Chiang, a été produit par les créateurs de Stranger Things […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :