Sense8

Un jeune policier qui lutte contre les gangs de Chicago, un chauffeur de minibus kényan passionné par Jean-Claude Van Damme, une femme d’affaire sud-coréenne étouffée par sa famille, une DJ islandaise paumée dans Londres, un acteur mexicain star de telenovelas qui cache un lourd secret, une jeune pharmacienne indienne contrainte de se marier, une hacktiviste transsexuelle sur le point de participer à la gaypride de San Francisco, un cambrioleur berlinois hanté par son passé…

Huit individus qui ne se connaissent pas. Huit individus unis par un lien.

Dardevil, Penny Dreadful… Je n’en finis plus d’être impressionné par les séries Netflix ! Et voilà que les Wachowski créent l’événement avec Sense8. « Evénement » car après Cloud Atlas et Jupiter Ascending, les auteurs de Matrix ont décidé de réaliser une série télévisée. Comme pas mal de geeks, j’étais à la fois enthousiaste et inquiet à l’idée de découvrir le résultat : Cloud Atlas est à mes yeux l’un des plus grands films SF de l’histoire du cinéma, mais les Wachowski ont subi de tels échecs commerciaux que leur carrière cinématographique est menacée. Changer de média donne-t-il plus de liberté ?

D’entrée, on ne peut s’empêcher de penser à Cloud Atlas et ses multiples intrigues à travers différentes époques. Dans Sense8, les protagonistes, séparés géographiquement, réalisent qu’ils sont liés émotionnellement… et même télépathiquement. Une idée sacrément culottée, pour ne pas dire casse-gueule, puisqu’elle impose huit histoires, huit points de vue tournés dans autant de pays ! Contre toute attente, cela fonctionne, en partie grâce à des « hommes de l’ombre » absolument essentiels : le réalisateur allemand Tom Tykwer, déjà aux manettes sur Cloud Atlas, James « V pour Vendetta » McTeiguele scénariste de Babylon V Joseph Michael Straczynski, ainsi que le directeur de la photographie de Cloud Atlas, John Toll, qui a travaillé sur Braveheart, le Dernier Samouraï, et Breaking Bad. C’est donc une équipe de rêve qui est aux commandes de  cette série, une bande de cinéastes talentueux qui ont choisi de faire confiance en l’intelligence du spectateur, ce qui explique pourquoi le premier épisode est aussi déstabilisant qu’exigeant : l’action est éclatée entre Nairobi, Séoul, San Francisco, Mumbai, Londres, Berlin, Mexico et Chicago !

Passé cette octuple introduction un brin complexe, on s’attache très vite à ces personnages que tout semble séparer, qui se heurtent aux valeurs traditionnelles, à l’intolérance, aux préjugés et à la corruption. Les sensitifs ne sont pas seulement des mutants, mais également des individus victimes de leurs orientations sexuelles, politiques, ethniques ou religieuses. Bien qu’on retrouve les thèmes de Cloud Atlas, des personnes ordinaires en quête d’identité luttant contre les conservatismes afin de ne pas être broyé par la société, d’une certaine manière Sense8 va beaucoup plus loin car on peut considérer que ces huit êtres ne forment qu’une seule entité. Ce qui est frappant, c’est que les Wachowski semblent avoir trouvé le média idéal pour véhiculer leurs idées progressistes, déjà présentes dans V pour Vendetta. Qu’ils soient policiers ou voyous, riches ou pauvres, ces personnages isolés vont apprendre à se faire confiance pour gagner en humanité. Pour les Wachowski, le super pouvoir ultime n’est pas de voler dans les airs ou de projeter des boules de feu, mais de faire preuve d’empathie, de sensibilité et de compassion. Un message optimiste qui change radicalement de la SF sombre de ces dernières années !

Comme Cloud Atlas, Sense8 est une oeuvre hybride, un blockuster doté d’un scénario humaniste émouvant très fouillé. Après l’injuste échec commercial de Cloud Atlas, les Wachowski semblent avoir réalisé que le format série télévisé est plus adapté à leur narration axée sur des réflexions philosophiques. Dans une séquence au musée, deux personnages discutent du message politique d’une toile du peintre mexicain Diego Rivera, ce qui serait plus difficile à faire passer dans un long métrage calibré pour durer deux heures… sans même parler des scènes érotiques particulièrement osées. Il y a une dimension intellectuelle dans Sense8, mais aussi émotionnelle, grâce à une bande-originale tour à tour rock (« What’s Up » des 4 Non Blondes) et classique avec notamment la séquence du concert durant laquelle les sensitifs revivent leurs naissances simultanément.

Le montage et la photographie, magnifiques, accentuent cette synchronicité et mettent en avant les personnages. Les Wachowski ont eu l’intelligence de faire appel à de jeunes acteurs charismatiques quasi-inconnus, bluffants de vérité, comme la comédienne transsexuelle Jamie Clayton dont l’histoire est largement inspirée de celle de Lana Wachowski. De la même façon, le personnage de Cepheus, passionné par Jean-Claude Van Damme, est émouvant tant il illustre avec merveille comment peut être vécu la mondialisation dans un quartier pauvre de Nairobi au Kenya.

Sense8 est une fable touchante, mais aussi une une réflexion subversive sur l’identité qui tourne autour d’une question existentielle : qu’est-ce qu’un être humain ? Les sensitifs constituent une humanité augmentée, une métaphore d’Internet dans ce que le réseau des réseaux a de plus noble : mettre en relation des être issus d’horizons différents pour échanger et permettre un enrichissement mutuel. D’un certain point de vue, ces huit sensitifs (« sensates » en anglais) forment un seul être accompli, le « sensei » (« maître » en japonais). Quand on sait que les Wachowski sont passionnés par le Japon et la réincarnation, cette terminologie est tout sauf un hasard.

Vivement la saison 2 !

Published in: on juin 29, 2015 at 9:49  Comments (30)  
Tags: , ,