Sense8

Un jeune policier qui lutte contre les gangs de Chicago, un chauffeur de minibus kényan passionné par Jean-Claude Van Damme, une femme d’affaire sud-coréenne étouffée par sa famille, une DJ islandaise paumée dans Londres, un acteur mexicain star de telenovelas qui cache un lourd secret, une jeune pharmacienne indienne contrainte de se marier, une hacktiviste transsexuelle sur le point de participer à la gaypride de San Francisco, un cambrioleur berlinois hanté par son passé…

Huit individus qui ne se connaissent pas. Huit individus unis par un lien.

Dardevil, Penny Dreadful… Je n’en finis plus d’être impressionné par les séries Netflix ! Et voilà que les Wachowski créent l’événement avec Sense8. « Evénement » car après Cloud Atlas et Jupiter Ascending, les auteurs de Matrix ont décidé de réaliser une série télévisée. Comme pas mal de geeks, j’étais à la fois enthousiaste et inquiet à l’idée de découvrir le résultat : Cloud Atlas est à mes yeux l’un des plus grands films SF de l’histoire du cinéma, mais les Wachowski ont subi de tels échecs commerciaux que leur carrière cinématographique est menacée. Changer de média donne-t-il plus de liberté ?

D’entrée, on ne peut s’empêcher de penser à Cloud Atlas et ses multiples intrigues à travers différentes époques. Dans Sense8, les protagonistes, séparés géographiquement, réalisent qu’ils sont liés émotionnellement… et même télépathiquement. Une idée sacrément culottée, pour ne pas dire casse-gueule, puisqu’elle impose huit histoires, huit points de vue tournés dans autant de pays ! Contre toute attente, cela fonctionne, en partie grâce à des « hommes de l’ombre » absolument essentiels : le réalisateur allemand Tom Tykwer, déjà aux manettes sur Cloud Atlas, James « V pour Vendetta » McTeiguele scénariste de Babylon V Joseph Michael Straczynski, ainsi que le directeur de la photographie de Cloud Atlas, John Toll, qui a travaillé sur Braveheart, le Dernier Samouraï, et Breaking Bad. C’est donc une équipe de rêve qui est aux commandes de  cette série, une bande de cinéastes talentueux qui ont choisi de faire confiance en l’intelligence du spectateur, ce qui explique pourquoi le premier épisode est aussi déstabilisant qu’exigeant : l’action est éclatée entre Nairobi, Séoul, San Francisco, Mumbai, Londres, Berlin, Mexico et Chicago !

Passé cette octuple introduction un brin complexe, on s’attache très vite à ces personnages que tout semble séparer, qui se heurtent aux valeurs traditionnelles, à l’intolérance, aux préjugés et à la corruption. Les sensitifs ne sont pas seulement des mutants, mais également des individus victimes de leurs orientations sexuelles, politiques, ethniques ou religieuses. Bien qu’on retrouve les thèmes de Cloud Atlas, des personnes ordinaires en quête d’identité luttant contre les conservatismes afin de ne pas être broyé par la société, d’une certaine manière Sense8 va beaucoup plus loin car on peut considérer que ces huit êtres ne forment qu’une seule entité. Ce qui est frappant, c’est que les Wachowski semblent avoir trouvé le média idéal pour véhiculer leurs idées progressistes, déjà présentes dans V pour Vendetta. Qu’ils soient policiers ou voyous, riches ou pauvres, ces personnages isolés vont apprendre à se faire confiance pour gagner en humanité. Pour les Wachowski, le super pouvoir ultime n’est pas de voler dans les airs ou de projeter des boules de feu, mais de faire preuve d’empathie, de sensibilité et de compassion. Un message optimiste qui change radicalement de la SF sombre de ces dernières années !

Comme Cloud Atlas, Sense8 est une oeuvre hybride, un blockuster doté d’un scénario humaniste émouvant très fouillé. Après l’injuste échec commercial de Cloud Atlas, les Wachowski semblent avoir réalisé que le format série télévisé est plus adapté à leur narration axée sur des réflexions philosophiques. Dans une séquence au musée, deux personnages discutent du message politique d’une toile du peintre mexicain Diego Rivera, ce qui serait plus difficile à faire passer dans un long métrage calibré pour durer deux heures… sans même parler des scènes érotiques particulièrement osées. Il y a une dimension intellectuelle dans Sense8, mais aussi émotionnelle, grâce à une bande-originale tour à tour rock (« What’s Up » des 4 Non Blondes) et classique avec notamment la séquence du concert durant laquelle les sensitifs revivent leurs naissances simultanément.

Le montage et la photographie, magnifiques, accentuent cette synchronicité et mettent en avant les personnages. Les Wachowski ont eu l’intelligence de faire appel à de jeunes acteurs charismatiques quasi-inconnus, bluffants de vérité, comme la comédienne transsexuelle Jamie Clayton dont l’histoire est largement inspirée de celle de Lana Wachowski. De la même façon, le personnage de Cepheus, passionné par Jean-Claude Van Damme, est émouvant tant il illustre avec merveille comment peut être vécu la mondialisation dans un quartier pauvre de Nairobi au Kenya.

Sense8 est une fable touchante, mais aussi une une réflexion subversive sur l’identité qui tourne autour d’une question existentielle : qu’est-ce qu’un être humain ? Les sensitifs constituent une humanité augmentée, une métaphore d’Internet dans ce que le réseau des réseaux a de plus noble : mettre en relation des être issus d’horizons différents pour échanger et permettre un enrichissement mutuel. D’un certain point de vue, ces huit sensitifs (« sensates » en anglais) forment un seul être accompli, le « sensei » (« maître » en japonais). Quand on sait que les Wachowski sont passionnés par le Japon et la réincarnation, cette terminologie est tout sauf un hasard.

Vivement la saison 2 !

Published in: on juin 29, 2015 at 9:49  Comments (30)  
Tags: , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://escroc-griffe.com/2015/06/29/sense8/trackback/

RSS feed for comments on this post.

30 commentairesLaisser un commentaire

  1. Merci pour ce commentaire sur la série, que j’ai également adoré. Un peu sur ma faim je suis resté à la fin toutefois… vivement la saison 2 !

    • De rien, j’ai hâte aussi ! Les Wachowski disent avoir déjà écrit le traitement de la suite, ils ont mis la barre très haut. Espérons que la saison 2 soit au niveau 🙂

  2. Je n’ai encore vu que les 4 premiers épisodes, mais j’accroche. J’accroche très bien même. J’avais adoré Cloud Atlas (même pas diffusé en Belgique) et je crois bien reconnaître l’actrice asiatique de ce film dans Sense 8 (mais je n’ai pas vérifié).
    Il y a également la black homo qui a joué dans Doctor Who.
    Je ne connais effectivement pas les autres, mais je les trouve plutôt bons.
    Bref, je me réjouis de voir la suite ^^

    • Pour l’actrice asiatique, oui je confirme, l’appréciant particulièrement. Elle a aussi joué dans Air Doll (une poupée gonflable qui devient vivante, poétique, onirique, métaphysique sur le sens de la vie) et The Host (une histoire de monstre issu des industries chimiques, à voir en coréen c’est plus drôle encore).

  3. Je l’adore aussi ! 🙂 Il y a vraiment un lien fort avec Cloud Atlas…

  4. Cette série a été un véritable coup de cœur comme je n’en ai pas eu depuis longtemps.

    • « Coup de cœur », je crois que c’est vraiment l’expression qui convient 🙂

  5. Bon bon bon, il faut vraiment que je trouve du temps pour la regarder cette série !

    • Oui, en plus il y a seulement 12 épisodes 😉

  6. Deezer ne cessant de m’en faire la pub, je me demandais ce que c’était (cela dit la pub en VF me faisait fuir plus qu’autre chose). Mais je n’arrête pas d’en entendre du bien, alors quand je la note dans ma liste de séries à regarder 😉
    (mais là je dois déjà terminer Constantine, SG-1 et une série jeunesse, donc ce sera pour plus tard ;))

    • Content que cette série soit désormais sur ta wish list, j’attends ton retour avec impatience 🙂

  7. Vu le premier épisode aujourd’hui, ton article ayant avivé ma curiosité. Pour le moment, j’accroche bien. L’image est somptueuse, et les acteurs intéressants (le policier de Chicago a joué dans Stargate Universe, et ça fait bizarre de voir « Martha Jones »).
    la suite promet d’être intéressante.

    • Oui, c’est marrant de retrouver Martha Jones 🙂 En ce qui me concerne, j’ai vraiment accroché à partir du second épisode. Effectivement, la photo est magnifique, comme toujours avec les Wachowski 🙂

      • Surtout que sa première apparition est, comment dire, caliente ! 🔥

        • 😀

          • Donc… Je viens de boucler la saison 1 ! Un mot : génial. Violent, émouvant, humaniste (oui, humaniste), bref une belle réussite !

            • Comme je suis heureux que tu aies aimé 🙂 Oui, humaniste, c’est le mot, un sacré hymne à la tolérance !

  8. J’attends la saison 2 avec impatience également.

    • Ça va être long !

  9. Je te rejoins complètement. Une excellente série, une vraie baffe avec des scènes qui resteront longtemps en mémoire. C’est bourré de qualités, mais je crois que le plus impressionnant c’est de réussir à avoir un tel florilège d’idées et de réflexions sans jamais perdre le fil et le spectateur. Et en plus c’est une série qui fait du bien mentalement. Une grande réussite ! =)

  10. C’est clair, quelle maîtrise ! Oui, ça fait du bien, j’aime beaucoup ce message de tolérance, c’est un divertissement vraiment intelligent 🙂

  11. ah ben j’étais pas au courant ! c’est sans doute génial et un peu prise de tête, comme (tout ?) ce qu’ils font. Quoi qu’il me reste Jupiter à voir qui m’a l’air moins cérébral. dire qu’il est dans la même veine que John Carter que j’avais bien aimé c’est un bon argument 🙂
    par contre si « sense8 » a un sens (tout comme le chiffre 8 d’ailleurs je suppose, symbole de l’infini) ça rappelle un peu trop une célèbre machine à café ><
    merci pour l'article 🙂

  12. Hahahaha 😀 Pas faux ^^

    Oui, « Sense8 » c’est vraiment bien 🙂 En ce qui me concerne, je classe désormais « Jupiter Ascending » un ton au-dessous de « Cloud Atlas » et de « Sense8 » désormais car Jupiter est plus orienté « action » que philosophie 🙂

  13. […] Sense8, la (violente) série Dardevil est pour moi l’une des plus belles surprises télévisuelles […]

  14. […] rappelle un peu Sense8, Man from earth ou encore Incassable de Shyamalan, avec des « super-héros » […]

  15. On est en train de profiter de la réunion estivale familiale pour se goinfrer Sense8 en quelques soirées. Un régal, c’est génial.

    • Heureux que ça te plaise ! Il faut que je regarde la saison 2…

  16. Marrant, j’ai bien vu qu’il y avait la saison 2 sur Netflix, mais je n’ai pas encore eu envie de la regarder ! Comme la crainte d’une déception !
    D’autant que j’ai de plus en plus de mal à regarder des séries ! J’en commence une et je fini par laisser tomber au bout de deux ou trois épisodes !
    Lassitude !

    • La saison 2 avait été arrêtée brutalement pour d’obscures raisons d’audimat. Les fans ont lancé une pétition mondiale et du coup il y aura bien une conclusion 😊


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :