Les Gardiens de la Galaxie

Enfant, Peter Quill a été enlevé par des extra-terrestres pour devenir un aventurier de l’espace. Des années plus tard, il se retrouve traqué par des chasseurs de primes après avoir volé un mystérieux globe convoité par le sinistre Ronan, qui menace l’univers tout entier. Peter décide alors de conclure une alliance fragile avec des aliens disparates…

Je suis allé voir les Gardiens de la Galaxie sans connaître les fameux comics dont la blogosphère parle depuis des mois. Je m’attendais à découvrir un univers décalé façon H2G2, et je dois reconnaître que j’ai été comblé au-delà de mes espérances ! L’humour est en effet omniprésent dans ce space opera porté par des anti-héros extraordinaires : un humain beau-parleur nostalgique du walkman qui tente sans succès de se faire appeler « Starlord », un raton laveur aussi intelligent que bon tireur mais doté d’un sale caractère, un homme-arbre (interprété par Vin Diesel, oui vous avez bien lu), un alien guerrier incapable de comprendre le second degrés…

La bonne surprise, c’est qu’à la différence de nombreux blockbusters, le film n’oublie pas l’émotion. Les personnages sont empreints d’une certaine mélancolie, et du coup on s’attache vite à ces Misfits de l’espace qui évoluent dans un univers poétique, à l’image de cet incroyable astéroïde creusé dans le crâne « d’une ancienne créature céleste », conçue par le décorateur de Thor, le Monde des ténèbres. Cela faisait des années qu’on avait pas vu une SF si ambitieuse au cinéma, et c’est d’autant plus jouissif que les effets spéciaux sont bluffants avec notamment des combats spatiaux somptueux et des vaisseaux à la technologie originale. La 3D n’est pas en reste avec de magnifiques jeux de lumière qui ne sont pas sans rappeler les méduses phosphorescentes d’Avatar. Les Gardiens de la Galaxie n’est pas une révolution, mais plus une célébration du space opera dans ce qu’il a de plus grandiose, comme si des scénaristes échappés des années 80 disposaient enfin d’effets spéciaux modernes à la mesure de leur imagination, délirante. Ajoutez à ça une BO délicieusement rétro (on parle quand même des Jackson Five !) et vous obtenez LE space opera des années 2010, le Star Wars d’une nouvelle génération. J’ai vraiment hâte de lire les comics !

D’autres critiques : Dionysos,  Lhisbei, Vert, Lorhkan 

Published in: on août 15, 2014 at 9:44  Comments (31)  
Tags:

The URI to TrackBack this entry is: https://escroc-griffe.com/2014/08/15/les-gardiens-de-la-galaxie/trackback/

RSS feed for comments on this post.

31 commentairesLaisser un commentaire

  1. Pas encore vu mais ça ne serait tarder 🙂

    • Yes ! 😀

  2. Salut, je ne pense pas que l’on puisse comparer à SW, par contre on (re)découvre enfin un univers de comics space opéra qui était resté ignoré du grand public. Ce qui est une bonne chose.

    • Coucou, c’est vrai qu’on ne peut que se réjouir de l’arrivée d’un nouvel univers space opera. Perso, c’est ma SF de prédilection, et c’est aussi pour ça que j’évoquais Star Wars : enfin du nouveau sous les étoiles 🙂

  3. Tu donnes envie de le voir et en prime de lire les comics s’ils sont dans le même esprit ! 🙂

    • Merci ! J’écrirai peut-être un article sur les comics dans quelques temps 😉

  4. Eh bien, ça donne super envie !!
    (en plus, il est trognon, le raton-laveur… 😉 )

    • Rocket Racoon est pour moi LE personnage du film, je n’en dis pas plus…

  5. Je confirme, ce film donne la banane comme pas possible !
    Du space-opera jouissif, fun et très référencé, j’adore !
    Et d’ailleurs, j’ai une critique à écrire. 😉

  6. Chouette, j’ai vraiment hâte de la lire ! 😉

  7. Ça donne envie d’aller le voir ! Merci pour cet article Capitaine ! ❤

    • Je t’en prie ❤ Tu m'en diras des nouvelles ! 😉

  8. Tu ne parles pas de Gamora, c’est révélateur du personnage x)

    • Hahaha 😀 Non je ne suis pas misogyne, c’est juste que la photo d’ensemble était trop grande pour tenir dans l’article, donc j’ai coupé la pauvre Gamora, et je ne l’ai pas évoquée dans l’article. Milles excuses à elle, en espérant qu’elle ne va pas débarquer chez moi pour se venger, aïe ! aïe ! aïe !

      • Je ne parlais pas de toi, j’oserai pas ! Mais d’elle x) c’est un des personnages les moins remarquables au final

        • Non mais tu aurais le droit de le faire remarquer 😀 C’est vrai que c’est un peu l’archétype de « la guerrière farouche », mais ses vannes m’ont quand même bien fait rire 🙂 Et elle se révèle (elle aussi) attachante.

  9. Ah ben, tu vois, le film ne me tentait pas trop comme ça mais ton article me donne bien envie ! Je me laisserai tenter du coup ! Merki !

    • De rien ! Heureux que cet article te décide à aller voir ce film, j’espère qu’il te plaira 😉

  10. […] critiques : Escroc-Griffe (Les Pirates de l’Escroc-Griffe), Laurent CHV (ComixHeroes) et Lorhkan (Lorhkan et les mauvais […]

  11. Bonjour,

    Je confirme que ce film est super !
    Les personnages principaux s’avèrent attachants, mon préféré étant ‘Rocket’, le raton-laveur intelligent (même plutôt malicieux !), qui montre aussi à certains moments une véritable humanité…
    Que du bonheur pour un amateur de SF comme moi, qui suis aussi un ‘wannabe writer’ !

    Bonne journée et bon ciné !

    L. H. Tide

    • Bonjour, merci pour le commentaire ! Ravi que tu sois également fan de Rocket, je compte lire ses aventures en comics puisqu’il a désormais sa propre série ! Quelle star… ^^ Bonne soirée.

  12. Très très fun effectivement comme film, je suis bien contente de l’avoir vu !

    • Ah ! Heureux que tu l’aies aimé ! 😀

  13. Merci du conseil.
    Nous venons de le voir. Nous avons passé un bon moment.
    Humour et spectacle réconciliés

  14. Oh de rien ! C’est vrai que le cocktail humour-action est particulièrement réussi, ça fait du bien de voir un blockbuster intelligent ! 😉

  15. Ah mais pourquoi mon message d’hier n’apparaît pas ? Bon, en gros je disais que j’étais d’accord avec toi. Que c’est un film fun qui ne se prend pas au sérieux. Parmi ceux que j’ai préférés cette année.

    A.C.

    • Content que tu l’aies aimé ! 🙂 (Et désolé pour le commentaire perdu dans les limbes du net…).

      • « Aimer » est un euphémisme en ce qui concerne ce film.

        Pas grave…

        A.C.

  16. C’est clair, vivement qu’il sorte en Blu-ray !

  17. […] tant que fan des Gardiens de la Galaxie, mon grand coup de coeur ciné de l’été 2014, j’ai toujours apprécié les anti-héros fragiles, bien plus que les personnages […]

  18. […] également  aimé l’idée d’un multivers, un concept encore plus fou que celui des Gardiens de la Galaxie. Le réalisateur a eu recours à beaucoup d’images fractales pour représenter une magnifique […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :