La bande-originale des Pirates de l’Escroc-Griffe

Goowan, par Céline Lacomblez

Goowan, par Céline Lacomblez

Depuis l’année 2010, les livres numériques enrichis sur iPad ont bouleversé la vision que je pouvais avoir d’un ebook. J’ai ainsi été ému par L’homme Volcan de Mathias Malzieu, angoissé par Kadath, le guide de la cité inconnue, ou bien encore émerveillé par le somptueux Herbier des Fées de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez, dont un extrait gratuit est disponible sur iTunes.

De mon côté, j’ai toujours essayé d’imaginer le son de l’hydrodéon que porte Goowan, l’homme-iguane représenté juste au-dessus. La quête de ce son imaginaire, et par extension la musique du livre, est devenu une obsession (si vous aimez ce genre d’expérimentation je vous recommande chaudement le pantin sans visage aux Editions du Riez, une bande-dessinée accompagnée d’un CD qui n’est pas sans rappeler Radiohead, c’est absolument génial).

En 2012, j’ai composé sur mon Mac un premier morceau intitulé les sauvages du Maelström. Puis j’ai fait lire à Marc le roman. Il a été interpelé par l’hydrodéon et, anecdote amusante, s’est livré à une réflexion sur son fonctionnement, comme si l’instrument existait. Selon lui, les Kazarsses émettent un léger champ électrique naturel, imperceptible pour l’Homme. Ce champ permet l’électrolyse qui fait vibrer l’eau de l’hydrodéon (voir le dessin plus haut).

On s’est promis de reconstituer ce son, et plus largement, de créer une bande-originale un peu dans l’esprit de Dead Man de Jim Jarmush : pour ce western en noir et blanc complètement barré, Neil Young avait créé une BO démentielle, avec notamment certains dialogues du film. On a envie d’adopter une démarche similaire : de la musique atmosphérique, mais aussi des lectures du texte, de l’ambiance… Et peut-être ce fameux son que nous recherchons !

En attendant, je vous livre en avant-première les premiers rushs de Marc : ce que vous allez entendre n’est pas de l’hydrodéon, il s’agit juste d’un essai instrumental, mais je voulais partager avec vous ce voyage expérimental sur les Mers Turquoises. Ce morceau s’appelle la Voie, en hommage à la philosophie fataliste des hommes-iguanes Kazarsses. Pour Goowan, il faut « suivre la Voie « . Lorsqu’il parle de sa philosophie au jeune Caboche, j’imagine tout à fait cette musique accompagner ses paroles.

 

PS : il faudra encore pas mal de mois pour composer cette bande-originale, mais de temps en temps je vous donnerai des nouvelles ! Et puis cet article m’aura permis de vous présenter ma « famille artistique », Marc, François, Céline, autant d’artistes avec qui je partage le même imaginaire…

EDIT : les lecteurs les plus assidus l’auront compris, la bande-originale des Pirates de l’Escroc-Griffe constitue le mystérieux trésor dont je parlais dans un article plus récent ! Pour découvrir la totalité de la bande-originale, vous n’avez plus qu’à trouver le nom de la page cachée sur le blog, il suffit d’aller dans votre barre de navigation et de rajouter à l’adresse https://escroc-griffe.com/ le mot-clef adéquat et vous tomberez sur la BO en libre écoute.

Bonne chance !

Published in: on octobre 11, 2013 at 11:03  Comments (25)  
Tags: ,