Les pays qui m’ont inspiré : le Japon

Nagasaki

 

Aujourd’hui un article (et des photos) sur un voyage qui a influencé l’écriture de ma trilogie, les pirates de l’Escroc-Griffe. J’ai en effet eu la chance de visiter des pays lointains qui ont profondément changé ma vision du monde. Au Japon, j’ai rencontré des gens exceptionnels qui ont nourri ma plume et pour cause : imaginez qu’en France les vêtements médiévaux soient toujours à la mode, et que nous ayons conservé nos valeurs chevaleresques ?

Des musiciens à Tokyo

 

Je suis allé trois fois au pays du Soleil-Levant, sans être rassasié. Le dernier voyage a duré trois semaines, mais en suis-je jamais revenu ? Ce pays continue à me hanter au quotidien. Partir au Japon, c’est revenir irrémédiablement changé, tant cette culture transforme le regard que vous portez sur les autres. En France, lorsque nous faisons la queue nous n’avons qu’une seule peur : que quelqu’un nous grille la politesse. Au Japon, la crainte, c’est de manquer de respect à son prochain. Jamais je n’ai rencontré de peuple aussi hospitalier, serviable et respectueux. Une mentalité de samouraï. Je me souviens qu’un jour, de grosses inondations ont bloqué le train dans lequel nous étions avec ma compagne. Nous posons des questions au contrôleur :  comme il ne parle pas anglais, il demande de l’aide au micro. Un passager se lève spontanément, nous explique la situation et nous propose de nous accompagner jusqu’à Tokyo via le métro. Il nous guide pendant trois quart d’heure, avant de s’excuser platement : il doit repartir travailler ! Je me rappelle aussi d’un magasin high-tech, et de l’expression effarée de cette vendeuse lorsque je lui demande si je peux acheter le robot en vitrine. Sur le coup, je me dis qu’elle va m’annoncer que le produit n’est pas disponible. Elle m’avoue alors d’une voix craintive que le robot est dans l’arrière-boutique, mais qu’il faut que je patiente cinq minutes, et elle s’en excuse…

Un train en bois traditionnel

Un train en bois traditionnel

 

Lorsque vous êtes perdu, il ne faut pas plus de quelques instants pour que quelqu’un vous vienne en aide, sans arrière-pensée : le Japon est le pays doté du plus faible taux de criminalité au monde. Si vous égarez votre porte-feuille, vous avez toutes les chances de le récupérer aux objets trouvés. On a la sensation d’évoluer dans une bulle aseptisée, étrangement familière pour notre regard occidental : les symboles sont omniprésents. Le Japon est en effet une civilisation de l’image.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On rencontre quotidiennement des gens à des années-lumières du stéréotype de l’asiatique froid : il faut entendre les tokyoïte faire la fête le soir, après une dure journée de travail ! Les habitants de l’île méridionale de Kyushu ont un tempérament encore plus chaleureux, aussi explosif que le volcan de Kagoshima.

Bien que le climat de cette partie du Japon soit subtropical, la culture a quelque chose de méditerranéeen, notamment au niveau de la cuisine, délicieuse. Un jour, dans un restaurant nous avons tellement apprécié le plat que j’ai innocemment dit au serveur « vous féliciterez le cuisinier, en France je n’ai jamais mangé un plat aussi bon ».

À la fin du repas, le cuisiner vient à notre table, et avant que je puisse dire quoi que ce soit, s’incline trois fois devant nous, le plus bas possible ! Une touchante marque de respect quand on connait les codes sociaux. Face à un ami, on s’incline de la même façon. Mais face à un supérieur hiérarchique, on s’incline plus bas en signe de respect… Je le sais d’autant plus que j’ai eu une dette morale à honorer  ! En effet, lors de mon premier voyage, j’ai invité un ami japonais au restaurant. Pendant le repas, je lui offre une bouteille de vin, et à la fin je pars discrètement payer : erreur ! Mon ami s’incline avec gêne, il est vexé, car il se sent incapable de rendre la pareille, ce que je n’avais bêtement pas prévu. Chacun doit amener un cadeau d’une valeur égale. Aussi, lors de mon troisième voyage, je me suis laissé inviter par mon ami qui a payé le restaurant, et offert un cadeau. Au moment de recevoir le présent, je me suis profondément incliné, le mal était ainsi réparé.

On parle de respect, mais quand il le faut, les Japonais savent aussi relever la tête : il s’agit du seul peuple à avoir subi deux bombardements nucléaires. Visiter Hiroshima au coucher du soleil est une expérience bouleversante : alors qu’on contemple les stigmates de cette apocalypse, on réalise que le Japon s’est relevé de toutes les catastrophes. Un journaliste américain racontait que dans les années 50, il était difficile d’imaginer qu’Hiroshima avait été ravagée par la bombe atomique tant les travaux de reconstruction étaient impressionnants. Sentiment renforcé à Nagasaki, ville d’une rare beauté. Quelques monuments témoignent encore de la sauvagerie de ces deux bombardements.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En 1945, un habitant d’Hiroshima a retrouvé la maison de son oncle ravagé par l’incendie du bombardement. Il a ramené à pied une flamme à Tokyo. Plus tard, les flammes d’Hiroshima et de Nagasaki furent réunies en une seule qui, depuis 1945, n’a jamais cessé de brûler, entretenue religieusement par les moines du parc de Ueno.

La flamme d’Hiroshima et Nagasaki

 

Pour toutes ces raisons (en fait il me faudrait plusieurs articles…), le Japon a profondément changé le rapport que j’avais à l’Autre, et m’a donné l’impression d’avoir trouvé une civilisation si raffinée qu’elle parait, sur certains aspects, en avance sur la nôtre… Si, bien sûr, aucune civilisation n’est parfaite, celle du Japon a néanmoins beaucoup à nous apprendre. En tout cas en ce qui me concerne, c’est le cas, et je crois qu’il y a un peu de Soleil-Levant dans le personnage de Goowan et du peuple Kazarsse : le respect de soi et des autres, la philosophie fataliste de la Voie… De la même façon, Hiroshima et Nagasaki m’ont fait prendre conscience que l’Humanité ne sera jamais à l’abris d’une catastrophe majeure, susceptible de la faire régresser à l’âge de pierre… Pourvu que ce cataclysme n’arrive jamais.

The URI to TrackBack this entry is: https://escroc-griffe.com/2014/03/01/les-voyages-qui-ont-inspire-mon-ecriture-le-japon/trackback/

RSS feed for comments on this post.

29 commentairesLaisser un commentaire

  1. Très chouette article ! Je n’ai jamais eu l’occasion d’aller si loin. Et j’avoue, je crois bien que j’aimerais vraiment. Il y a sans doute quelques lieux qui me font rêver et le Japon en est un… Hum, il doit y avoir des disquaires fabuleux et des musiques à découvrir (mais pas que, je ne suis pas mono maniaque à ce point). Et rien que pour en rapporter des photos, j’en rêve…

    Bel article en tout cas.

  2. Merci ! 😀 Tu adorerais Tokyo, et surtout le « Tower Records » à Shibuya : un gigantesque magasin de musique niché dans une tour. Chaque étage est dédié à un style ! Là encore, les employés étaient hallucinants. J’avais une liste de CD à acheter, au moment où je donne le premier titre, le jeune employé part en courant me le chercher dans les stocks… A son retour j’étais affreusement gêné car j’avais bien évidemment d’autres titres à lui demander… ! Sinon, au niveau de la musique, c’est d’une richesse assez extraordinaire. Certains Japonais adorent le Métal (les lives au Japon sont, de notoriété publique, les plus fameux), mais il existe bien évidemment des styles plus locaux, comme la fameuse « J-pop » qu’on retrouve dans les jeux vidéos. Sans parler de la musique traditionnelle, bien sûr… J’espère vraiment que tu auras l’occasion d’y aller, ça vaut le coup !

  3. Un très bel article. Ça donne vraiment envie d’y aller.

    • Merci ! Oui, c’est un pays qu’on oublie pas…

  4. Merci merci merci !!! J’ai adoré cet article, ce partage, et ce lien avec ton écriture. Un bien bel article qui fait rêver… ♥

    • De rien 😀 J’ai pensé à ce que tu m’as dit, j’essaierai de temps en temps d’écrire des articles plus personnels… 🙂

      • Oui, je m’en suis doutée, merci encore. ♥
        Pour ma part, j’ai vécu en Corée du sud, à Séoul, pendant un an, mais n’ai pas éprouvé d’émotion particulière pour ce pays et je le regrette. Par contre, quand j’y étais, j’ai fait une petite escapade en Chine qui m’a ravie…
        Mais mon pays « coup de coeur » reste le Canada, où j’ai expérimenté toute ton exaltation envers les gens et les lieux. J’y ai vécu un an et y repense avec beaucoup de nostalgie, même si j’ai déjà eu la chance de pouvoir y retourner. J’ai fait un mémoire sur l’identité canadienne et ai trouvé qu’il y avait énormément de choses à en dire… ♥♥♥

        • Ah le Canada c’est un beau pays ! Ton mémoire doit être passionnant, c’est clair que les canadiens sont attachants…

  5. C’est exactement le ressenti que nous avons eu, mon mari et moi, quand nous sommes allé là-bas. Le respect, que ce soit pour l’être humain ou pour la nature, nous a complètement transporté. A notre retour en France, on avait passé une nuit à Paris…on était tout déprimé et on ne pensait qu’à une chose : y retourner. Ce sera chose faite, j’espère d’ici quelques années. Merci en tout cas pour ce bel article, tout en vérité.

  6. Merci pour ce gentil commentaire. Je dois avouer que nous sommes également passé par Paris au retour, et que les premiers jours furent rudes… Lorsqu’on raconte ce genre de souvenirs on passe souvent pour un exalté, mais effectivement c’est la stricte vérité… 😉

  7. Un très bel article qui donne vraiment envie de découvrir cette culture très riche ! J’avoue, j’aimerais vraiment y aller un jour. Il faudra que je me fasse violence: je ne suis, hélas, pas un voyageur dans l’âme… :/

  8. Merci ! En plus, c’est le pays idéal pour amener des enfants. J’ai passé des nuits à me balader dans Tokyo sans le moindre problème, tant la criminalité est quasi-inexistante (bon, c’est vrai qu’à Tokyo il existe des quartiers un peu chauds, mais je pense que se faire tuer par un yakuza quand on est touriste, c’est statistiquement aussi probable qu’être frappé par la foudre…).

  9. Très chouette article, comme toujours mon Capitaine. Il y a beaucoup d’émotions dans tes mots et ça me donne vraiment envie d’y aller encore plus (même si le voyage me fait peur ^^)

  10. Oh merci ! 😀 J’y suis allé trois fois, et je suis toujours là, c’est que ce n’est pas si dangereux 😉

    • oh je ne crains pas d’y aller, c’est l’avion qui me gêne ^^ J’ai horreur de l’avion (je m’y force mais quand il s’agit d’une dizaine d’heures, faut que je m’y prépare des jours durant ^^)

      • Je comprends, moi aussi je n’aime pas l’avion hihi 😉

  11. Très bel article, Capitaine ! Et très jolies photos aussi !
    Il donne envie d’aller au Japon, même à une fana de la Corée (où je ne suis encore jamais allée non plus >_> ).
    C’est intéressant de savoir où tu as puisé ton inspiration 🙂

  12. Merci ! 😀 C’est vrai que la Corée du Sud est un pays tentant. Et en plus, tu peux prendre un bateau pour te rendre au Japon, qui n’est pas loin du tout 😉

  13. Aaaah le Japon ! Comme j’aimerais y aller ! Je ne désespère pas , ça se fera un jour.

    C’est sûr que les mentalités sont différentes, ça doit faire un joli petit choc (et faire un peu peur aussi parfois car on doit se demander si on agit comme il faut dans pas mal de situations !^^).

    J’ai lu un article sur un autre blog qui tempérait un peu tout ça (volontairement et à juste titre sans doute), prétextant qu’il ne fallait pas non plus tomber dans l’angélisme.
    Il faut que j’aille voir ça de mes yeux. 😉

  14. C’est vrai qu’on a tendance à faire attention ! Mais de toute façon on se dit qu’on ne sera jamais « intégré »… Les différences culturelles sont tellement profondes, que les « gaffes » sont inévitables 😉 En ce qui concerne l’angélisme, c’est sûr qu’il y a des imbéciles partout, et on peut se demander d’un certain point de vue si ce qu’on appelle « l’hospitalité » n’est pas tout simplement un civisme aigu. C’est certainement un peu le cas (une amie amoureuse du Japon est partie après être restée six mois. Elle adore toujours autant ce pays, mais il est difficile de s’y faire une place…). Hé bien soit Lorhkan, tu m’as donné une idée ! J’écrirai un jour un article sur le côté sombre du Japon ! 😀 Bien évidemment, je ne renierai pas ce que j’ai écrit auparavant, mais je parlerai de petites choses qui m’ont à la fois choqué… et fait rire 😉

  15. Le Japon est un si beau pays où le respect passe avant tout, tes exemples en ont bien montré la preuve ! En passant j’aime beaucoup ton écriture, très agréable à lire :).

  16. Merci Tunnelescape, heureux que cet article te plaise ! Ce qui est fou, c’est qu’il ne s’agit que de quelques exemples parmi tant d’autres, je pourrais en parler des heures… C’est vraiment un pays incroyable 🙂

  17. […] Dans cet article je parlais du Japon, un pays qui m’a profondément marqué, et pas seulement au niveau de l’écriture. En 1999, j’ai aussi eu la chance de découvrir une autre contrée hors-normes, la Jordanie, dans le cadre d’une campagne de fouilles archéologiques organisée par le C.N.R.S. et l’I.F.A.P.O. Cette belle aventure, je la dois à un homme, le professeur François Villeneuve, de l’École Normale Supérieure. Alors que je n’étais encore qu’un étudiant en Histoire de 22 ans, il eut la gentillesse de me recruter dans son équipe afin de fouiller l’antique temple nabatéen de Khirbet Edh Dharih… en plein mois de juillet ! Nous étions logés dans l’école désaffectée d’un petit village. Tous les jours, nous nous levions à 5h00 du matin pour prendre les land rovers et profiter au maximum de la fraicheur. […]

  18. […] les "inclassables", notamment de la catégorie "Humeur", qui évoquent le Japon, les biopunks, les tardigrades, les univers vivants, les pulps, les Daleks, les dystopies, la […]

  19. […] avec les inévitables rebondissements et autres fins à suspens. Je me souviens qu’en 2005, l’année de mon premier voyage au Japon, je poussais le vice jusqu’à envoyer par mails des épisodes à mes amis qui attendaient […]

  20. […] Au Japon, pays que je connais un peu, il y a un art (un dao, « la Voie » ), et donc un temps, pour tout : l’art de faire du thé (le cha dao, dont la cérémonie peut durer 5h00), l’art de dégainer un sabre (l’iaido, que l’on peut pratiquer toute une vie), l’art de la main vide (karate-do), l’art de la composition florale (le… kado, ça ne s’invente pas)*. Et si il existait un dao pour écrire ? Un art qui prendrait son temps ? Comme son nom l’indique, le dao, « la Voie », est un concept philosophique inspiré du tao chinois. Dans les arts cités plus hauts, il y a la notion d’art de vivre, d’harmonie. S’il existe un art de l’écriture, celui-ci ne peut que respecter le temps, c’est à dire suivre le tao, la force fondamentale de l’univers, l’essence même de la réalité. Cet art de l’écriture, un non-agir, serait donc à l’opposé des contraintes éditoriales d’aujourd’hui. […]

  21. […] nous entoure, une certaine harmonie, y compris dans les villes, je l’ai moi-même constaté lors de mes voyages. Sur mes photos, on observe des statues de kami, vénérées par les moines […]

  22. Japon… pays de mes rêves. Superbe article, qui fait entrer le lecteur dans cette culture tellement raffinée, tellement spirituelle. Bravo pour ce court voyage via nos nouvelles technologies 🙂

    • Merci ! J’espère que tu auras l’occasion d’y aller un jour 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :